Les détenus perdent le droit de fumer

Cyber Presse

Source: http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201006/22/01-4292236-les-detenus-perdent-le-droit-de-fumer.php

Environ 75% des détenus des pénitenciers canadiens sont des fumeurs. Ils ont appris une mauvaise nouvelle hier: ils perdront le droit de fumer à l’extérieur de leur pénitencier. Dans un jugement rendu hier, la Cour d’appel fédérale a invalidé une décision rendue l’automne dernier par la Cour fédérale.

Depuis janvier 2006, les détenus ne peuvent fumer à l’intérieur des pénitenciers fédéraux. La directive a été implantée par le Service correctionnel du Canada pour protéger les droits des non-fumeurs. En mai 2008, elle a été étendue à l’extérieur des pénitenciers. Selon le Service, la seule façon de contrôler l’utilisation du tabac à l’intérieur était de l’interdire en tout temps. Si les détenus possèdent du tabac pour le fumer dehors, il serait impossible de réussir à les empêcher de le fumer à l’intérieur, arguait-on.

En octobre 2009, le juge Luc Martineau de la Cour fédérale avait invalidé cette directive. Son jugement avait été rendu une semaine seulement après qu’il eut entendu la cause. Il soutenait que l’interdiction de fumer à l’extérieur était «injustifiable et déraisonnable». Selon lui, il n’existait pas de lien rationnel entre cette interdiction et l’objectif visé, soit la protection des droits des non-fumeurs. Il avait aussi remis en question l’autorité du Service correctionnel à implanter une telle mesure.

Dans leur plaidoirie, les avocats des détenus avaient également soutenu que l’interdiction de fumer était inefficace, car elle avait mené à la création d’un marché noir du tabac à l’intérieur des prisons.

Huit mois plus tard, la Cour d’appel fédérale renverse ce jugement. Les juges Nadon, Pelletier et Trudel donnent unanimement raison aux appelants. Selon eux, le Service correctionnel n’a pas outrepassé son mandat en étendant l’interdiction de fumer à l’extérieur des murs des pénitenciers. «Il ne fait aucun doute qu’en appliquant cette directive, le Service correctionnel essayait d’empêcher les détenus et les employés de fumer à l’intérieur des établissements carcéraux, dans le but de protéger les non-fumeurs», écrit le juge Nadon (notre traduction libre de l’anglais).

La Cour d’appel fédérale estime que le juge Martineau avait outrepassé son mandat en se permettant d’évaluer l’efficacité de l’interdiction de fumer pour atteindre son objectif. «En définitive, il appartient au Service correctionnel du Canada d’évaluer les mesures nécessaires pour assurer la santé et la sécurité de ceux qui vivent et travaillent dans les établissements carcéraux», conclut le juge Nadon.

Flavoured smokes snuffed out in Canada

CBC

Source: http://www.cbc.ca/consumer/story/2010/06/29/canada-flavoured-smokes.html

A new law, set to come into effect in July, aims to snuff out the sale of flavoured smokes while reducing the temptation among kids to take their first puff.

The measure, part of Canada’s anti-tobacco law Bill C-32, forbids the country’s retailers from selling fruit- and candy-flavoured little cigars, cigarettes and rolling papers made of tobacco.

The law takes effect across the country on July 5, however, Ontario pushed up its date to July 1. Retailers, who were given nine months to remove the products from their shelves, could be fined if caught selling the goods.

The bill, introduced in Parliament a year ago, is aimed at reducing the smoking rate of school-aged children. A 2008-09 school year survey suggests that 40 per cent of students in grades 10 to 12 had tried smoking cigarillos.

"There is simply no justification for tobacco products to be flavoured with candy, ice cream and fruit flavours," Rob Cunningham, a Canadian Cancer Society spokesman, said in a press release.

"The risk is that these flavoured products can be a starter product for kids who would never otherwise start smoking. This bill is going to protect our kids from starting smoking and encourage more adults to quit."

Some manufacturers are trying to skirt the new law by enlarging the size of cigarillos and altering the labelling on the packages. Canada Health Minister Leona Aglukkaq slammed the big tobacco companies for trying to buck the new rules.

"Not only does this action go against the intent of the legislation; it endangers the health of Canada’s children. We will deal with this issue and will continue working to ensure that Canada’s children are protected from the dangers of tobacco," the minister said in a release.

Bill C-32, which was passed last year, also banned all tobacco advertising in Canadian newspapers and magazines.

Read more: http://www.cbc.ca/consumer/story/2010/06/29/canada-flavoured-smokes.html#ixzz0sMvQsYvz

Expert describes tobacco smokescreen

News Talk ZB

Source: http://www.newstalkzb.co.nz/newsdetail1.asp?storyID=177670

MPs are being urged not to let tobacco companies self-regulate if they consider further reforms to tobacco laws.

Former US tobacco company scientist, turned whistle blower and anti-tobacco campaigner, Dr Jeffrey Wigand, has told a Select Committee inquiry into the health impact of tobacco, that allowing the tobacco industry to self-regulate is like allowing the fox to build the chicken coop.

"If one reads their documents over the last 50 years, you will find out that self-regulation does not work. They will not voluntarily do anything, anything, whether it’s morally right, whether it saves lives, at the expense of profit."

Dr Wigand said in the four years he worked in the industry he saw daily and deliberate distortions of the truth which he had to be part of.

"There are two scenarios. Scenario one is what I could say inside the company, that nicotine is addictive and that tar will kill you. Outside the company, I was not allowed to say that."

Dr Wigand says tobacco companies deliberately sanitise internal reports about tobacco and it effects to protect themselves against law suits.

FDA comes down hard on tobacco: Issues new rules for advertisements

Tech Jackal

Source: http://www.techjackal.net/other/2010/06/23/fda-comes-down-hard-on-tobacco-issues-new-rules-for-advertisements/

On Tuesday new Food and Drug Administration rules for cigarette advertisements took effect in the U.S. The new regulations effect the health warning labels on cigarettes, the use of misleading terms such as “light, “low,” and “mild” and will also put in place tougher sales restrictions to prevent access for youth.

The battle against tobacco and its health effects has been a long one. The FDA first attempted to assert control over tobacco sales in 1996, but the Supreme Court ruled that Congressional approval was needed. In 2009 both the House and Senate passed legislation that would regulate the manufacturing, marketing, and sale of tobacco products. President Barack Obama signed the bill into law on June 22, 2009.

The provisions in the Tobacco Control Act became effective Tuesday and give the FDA the power to regulate tobacco products in the interest of protecting public health. The new mandate also gives the FDA power to reduce tobacco use by children. The new stricter guidelines for the tobacco industry will be initiated over an extended period, but several key rules took effect Tuesday such as:

- Larger and stronger health warning labels must appear on products manufactured after June 22, 2010
– The tobacco industry is prohibited from using the terms “light,” “low,” or “mild” on labels
– No one under 18 may purchase cigarettes. Several states have this law, but it is now a Federal law
– Branded sponsorships of athletic or cultural events are prohibited

The new FDA regulations are not only aimed at preventing misleading advertising from tobacco companies, but are looking to prevent youth from taking up smoking. While youth smoking is on the decline, the number of youth who currently smoke or will begin smoking is still startlingly high.

75% des fumeurs ont déjà essayé d’écraser

Agence QMI

Source: http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/06/20100621-095746.html

cigarette

MONTRÉAL – Les trois quarts des fumeurs ont déjà essayé d’arrêter de fumer plus d’une fois sans succès. C’est ce que révèle un sondage Angus Reid mené pour le compte de Nicorette.

Selon ce sondage, les fumeurs estiment que la cigarette a des conséquences négatives sur plusieurs facettes de leur vie. Premièrement sur leur santé à 48%, sur leur forme physique à 46% et sur leurs finances à 37%. Quatre-vingt-cinq pour cent des fumeurs affirment vouloir cesser de fumer, mais, seulement 32 % d’entre eux croient en leurs chances d’y arriver.

Les méthodes de renoncement au tabac les plus populaires auprès des fumeurs sont les thérapies de remplacement de la nicotine (50 %), suivies des médicaments d’ordonnance (46 %) et des thérapies parallèles (42 %).

«Arrêter de fumer ne consiste pas à prendre une grande décision une fois pour toutes, mais bien à prendre une décision chaque fois qu’on décide de ne pas allumer une cigarette, explique le psychologue Marc Pistorio qui participe au site abasletabac.ca. Qu’on le fasse pour des raisons de santé, pour la famille ou même pour le portefeuille, s’engager à renoncer au tabac n’est jamais facile.»

Le sondage en ligne a été mené les 2 et 3 février dernier auprès de 1005 adultes canadiens fumeurs la marge d’erreur est de 3,1 % 19 fois sur 20.

L’interdiction des cigarettes "light" entre en vigueur aux Etats-Unis

APF

Source: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j1QwAHp96R-pIlK2_if89Q9W4VjA

WASHINGTON — Une loi américaine qui interdit la vente de cigarettes dites "light" est entrée en vigueur mardi, mais certains groupes anti-tabac affirment que l’industrie du tabac contourne la loi en utilisant des codes-couleurs sur les emballages.

La loi, promulguée l’an dernier par le président Barack Obama, est la première à réguler le tabac et interdit à partir de mardi l’utilisation des termes "light", "mild" ou "low", qui pourraient faire croire au consommateur que les cigarettes ne sont pas nocives.

Mais le fait de remplacer les inscriptions "light" par les termes "gold" (or) et "silver" (argent) continue à induire le consommateur en erreur, selon certains.

"L’industrie du tabac a trouvé de nouveaux moyens pour continuer à pratiquer sa commercialisation trompeuse et à contourner les nouvelles régulations", affirme Charles Connor, président de l’Association américaine des poumons, qui lutte contre les maladies pulmonaires, dont le cancer.

"Les industriels du tabac doivent bannir les mots +light+ de leurs emballages et pourtant, ils ont déjà fait savoir à leurs consommateurs que s’ils veulent acheter des cigarettes light, ils n’ont qu’à chercher les emballages de couleur spécifique, par exemple couleur or", se désole M. Connor.

D’autres mesures anti-tabac sont également entrées en vigueur mardi. Les nouvelles règles interdisent entre autres aux compagnies de l’industrie du tabac de sponsoriser des événements sportifs, musicaux ou culturels, restreignent la distribution d’échantillons gratuits et interdisent la vente de cigarettes et de tabac aux moins de 18 ans.

Avec l’entrée en vigueur de cette nouvelle loi, "l’autorité sanitaire américaine, la Food and Drug Administration (FDA) a de quoi être très fière, tout en ayant encore beaucoup de choses à faire pour améliorer la santé publique grâce à une régulation efficace du tabac", a déclaré la directrice de cette administration, Margaret Hamburg.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.