Toenail Nicotine Test May Predict Lung Cancer

By WebMD

The finding comes from the toenails of 210 men with lung cancer and a comparison group of 630 men without lung cancer enrolled in the Health Professionals Follow-Up Study. Most of the 33,737 medical professionals in this long-term study donated toenail clippings in 1987.

The 20% of toenails containing the highest amounts of nicotine identified men at the highest risk of lung cancer. These men were 10.5 times more likely to have lung cancer than the 20% of men with the least nicotine in their toenails.

Even when taking into account reported smoking — that is, when comparing men at similar levels of cigarette use — men with the most nicotine in their toenails were over 3.5 times more likely to get lung cancer than those with the least toenail nicotine.

"Regardless of whether you are a smoker or a nonsmoker exposed to secondhand tobacco smoke, we can now better measure your exposure and predict your risk," study researcher Wael K. Al-Delaimy, MD, PhD, tells WebMD. Al-Delaimy is chief of the division of global health at the University of California, San Diego School of Medicine.

Why toenails? Al-Delaimy was looking for a way to evaluate secondhand smoke exposure. He first measured nicotine in hair. But while working at Harvard with study co-author Walter Willett, MD, DrPH, he learned that Willett and colleagues had collected a large number of toenail samples from medical professionals.

"Given that hair and toenails are formed of the same kind of tissue, I thought maybe we could analyze toenails for nicotine," he says. "Toenails can be stored at room temperature for years. And they represent nicotine exposure during the past year."

In fact, Al-Delaimy and colleagues have shown that toenail nicotine levels are closely linked to smoking status six years prior to collection of clipping samples. And they have also shown that toenail nicotine levels predict the risk of heart disease in women. Women with the highest toenail nicotine levels have a 42% higher risk of heart disease than do those with the lowest levels.

"We knew tobacco was harmful, but we are now learning it is even more harmful than we had previously measured," Al-Delaimy says. "We are getting a better estimate of the true risk of tobacco’s lung effects. And this could be applied to other disease outcomes such as coronary heart disease, too."

The findings don’t surprise tobacco and health expert Michael Eriksen, ScD, director of the institute of public health at Georgia State University. Eriksen was not involved in the Al-Delaimy/Willett study.

"As this study shows, evidence of exposure to smoke can be found throughout the entire body — even the tips of your toes — and that this exposure to smoke increases the risk of lung cancer," Eriksen tells WebMD via email.

Al-Delaimy and Willett report their findings in the American Journal of Epidemiology, published online ahead of print on March 2.

Smokers have 10 times more wrinkles than non-smokers

By The Med Guru

Though cigarettes are outright bad, starting with bad breath and finishing with such serious conditions as cancer and emphysema, one major factor generally ignored is that nicotine ages the skin prematurely.

It is easy to pick out a regular smoker in a crowd not just by the stench of stale cigarettes but simply by skin quality as well. Smokers have pale, ashen skin and ten times more wrinkles than non-smokers.

According to experts, the constant exposure to lit cigarettes and being surrounded by the toxic smoke can bring early onset of wrinkles.

Negative impact of smoking on skin
It has been proven that tobacco smoke is second only to sun exposure as the leading cause of skin damage.

Cigarettes contain toxins such as carbon monoxide and tar that have an adverse impact on the body. Hence, the brain diverts the vitamins away from the skin to counter the problem.

In addition, smoking interferes with the absorption of Vitamin C and A, which provide skin protection on a regular basis. Also, tobacco smoke produces free radicals that steal electrons from skin cells and damage them.

Nicotine is a diuretic. This means that it absorbs liquids from the body and causes dehydration.

Smoking also decreases the capillary blood flow to the surface of the skin, depriving it of the much needed oxygen and nutrients. As a result, skin becomes dry, thin, and has pale appearance.

Smoking is known to reduce the amount of collagen and elastin in the skin. These proteins help to keep skin tight, soft, and elastic.

Moreover, the pursing of lips and squinting to keep out smoke create unsightly face wrinkles around the mouth and eyes over time. Also, smokers develop more hollowed cheeks from many years of dragging on cigarettes.

Although, it is quite impossible to bring skin to the pre-smoking condition, the damage caused to the skin can be arrested if you quit because the skin will start to repair itself.

Other hazards of smoking
Besides causing wrinkles, smoking cigarettes can cause yellow eyes and teeth and bad breath.

On a more serious note it can lead to all kinds of health problems, including emphysema, lung cancer, bronchitis, pneumonia and many other illnesses.

Male smokers have a higher risk of a low sperm count and erectile dysfunction, while female smokers may have a harder time getting pregnant.

Women who smoke during pregnancy are more likely to experience ectopic pregnancies which can be fatal for both mom and baby.

Other risks of smoking during pregnancy include lower birth weight and birth defects. Women who smoke during pregnancy are also more likely to deliver prematurely or miscarry.

Your Sex Life Up in Smoke

By Fox News

But what many people don’t realize is that before cigarettes kill you for good, they will first kill your sex life. As a doctor and a contributor to Good in Bed, I want to give you the facts and another reason to quit smoking today.

Cigarettes can be just as fatal to your sex life due to the components found in the smoke itself, and especially the active ingredient nicotine and its effects on blood flow. In fact, smokers are about twice as likely to develop erectile dysfunction than non-smokers. The World Health Organization estimates that about 1.5 billion people throughout the world smoke cigarettes, with more than 46 million of these in the U.S. alone. No surprise then that nearly 40 million Americans identify themselves as being stuck in sexless marriages – how many of these people are smokers?

Good sexual functioning depends on good blood flow. Nicotine, however, is a very potent vasoconstrictor, affecting blood vessels in two ways. First, as a stimulant, it causes direct arterial spasm, affecting arteries of the heart, lungs, eyes, internal organs, arms, legs, and of course, the genitals. Next, it damages the lining of the blood vessels, impairing the ability of those vessels to relax and allow more blood flow. Nicotine also interferes with the mechanism within the veins that help maintain an erection. All this adds up to decreased blood available for an erection and an inability to keep that blood from leaking back out.

Since nicotine is such a powerful and quick constrictor of blood vessels, it has almost immediate effects on genital blood flow. Studies using Doppler imaging have shown that the deeper arteries supplying blood to the penis immediately respond to cigarette smoke by clamping down so that no blood flow is visible after just two cigarettes. Note that this is about the same amount of nicotine that would be found in most nicotine gums or is slowly released from a nicotine patch. Although these spasm effects of nicotine do reverse after one quits smoking or stops using nicotine replacement, there is also long-term damage to the lining of the arteries, as well as the nerves.

This damage, which is caused by the nicotine along with some of the other smoke components, increases over time to the point where it is irreversible. Some of these components include:
• Nicotine
• Carbon monoxide
• Isoprene
• Acetaldehyde
• Ethelene gas

This cumulative damage keeps the arteries from responding to sexual stimulation so that there is no further relaxation of those blood vessels to allow proper blood flow for an erection. In fact, researchers have found that the decrease in nighttime erections is directionally proportional to the number of cigarettes one smokes. (For more information on erectile issues, please consult Good in Bed’s free mini-guide on the topic).

Even though it is not immediately obvious, men aren’t the only ones affected. Nicotine and other smoke components have the same effect on genital blood flow in women as they do in men. Fortunately, the risk of permanently affecting your sex life by smoking cigarettes is real and preventable. Although using nicotine replacement therapy is a proven method to help smokers eventually quit, it should not be used as a long-term substitute for cigarettes because of its powerful effects on genital blood flow and its damage to one’s sex life. Understanding the risks can help you make informed decisions that can affect you for years to come.

So instead of reaching for a cigarette after sex, reach for your partner. A good cuddle is much healthier.

Dr. Madeleine Castellanos is committed to helping others learn about their own sexuality and how to achieve physical and emotional balance in their sex lives. In addition to being an assistant professor of psychiatry at Albert Einstein College of Medicine, she is a member of the American Association of Sexuality Educators, the Society for Sex Therapy and Research, and the International Society for the Study of Women’s Sexual Health. She is based in New York City.

Le blogue des Centres Stop premier dans l’industrie

Par Roger-Luc Chayer, journaliste

Le blogue des Centres Stop, lancé en 2010, est vite devenu la norme en matière de fil de presse spécialisé en matière de cigarette et de traitements contre la dépendance avec la publication de centaines de nouvelles permettant aux personnes qui souhaitent arrêter de fumer de connaître l’état de la recherche.

Non seulement le blogue est bilingue, il sert de référence en matière de publication spécialisée et déclasse l’ensemble de la compétition avec des statistiques supérieures à tout ce qui se fait ailleurs. C’est donc dire que ce service offert par les Centres Stop répond aux nombreuses demandes du public et a son utilité.

Faut-il surtaxer les cigarettes des fumeurs malades ?

Par LyonCapitale.fr

Alors que des Lyonnais lancent la commercialisation d’étuis de paquets de cigarettes à petit prix, Jean-Pierre Marguaritte président de SOS Tabac n’est pas surpris : "les solutions mises en place par le gouvernement sont toutes contournables. Pour l’interdiction des mineurs, il suffit au jeune d’envoyer un adulte, les images choquantes sur les paquets seront cachées par les consommateurs, quant aux hausses du prix du tabac, elles ont de moins en moins d’impact, il faut mettre en place des solutions radicales pour inciter les gens à arrêter de fumer". Par ailleurs, toujours selon l’association, la loi Evin ne serait pas respectée par certaines campagnes de publicité qui poussent les consommateurs à se rendre dans les bureaux de tabac : "la Française des Jeux, et le PMU incitent les citoyens à pénétrer dans ces lieux; si nous portons plainte, les buralistes devront choisir entre vendre des jeux à gratter ou des cigarettes".

Des distributeurs intelligents

Ainsi lors d’une rencontre avec le docteur Loïc Josseran, conseiller technique du secrétariat d’état chargé de la santé, l’association a proposé une nouvelle méthode de distribution du tabac censée aider les consommateurs à arrêter de fumer. Dès lors, SOS Tabac milite pour la mise en place de distributeurs automatiques de cigarettes dans un espace réservé chez les débitants de tabac. Premier volet de l’idée, les paquets de cigarettes ne pourraient être achetés que par carte bleue, évitant ainsi aux mineurs de pouvoir se servir, tandis que les machines ne seraient en mesure de ne délivrer qu’un seul paquet par jour, par acheteur. Néanmoins, cette formule déjà utilisée dans des pays comme l’Allemagne* serait complétée par la mise en place d’une surtaxe variable indexée sur l’état de santé du fumeur. Ce dernier serait gardé en mémoire dans une seconde carte à puce, délivrée uniquement par les pharmaciens, sur présentation d’un certificat médical, attestant la présence ou non d’éventuels problèmes de santé ou situations à risques tels que le diabète, l’hypertension, le cholestérol, un cancer ou une grossesse.

Les pharmaciens au centre des enjeux

Si un tel système était mis en place, les pharmaciens deviendraient alors un élément incontournable. L’association espère ainsi que ces derniers inciteront les fumeurs à cesser ou à ralentir leur consommation tout en les orientant vers des aides aux sevrages qu’ils commercialisent depuis de nombreuses années. Par conséquent, suivant les informations du certificat médical, les pharmaciens auront le pouvoir de classer le fumeur dans une catégorie prédéfinie, l’obligeant ainsi à payer ses cigarettes plus ou moins chères suivant les risques sanitaires qu’il encourt. Selon, SOS Tabac, "ce système de taxation-responsabilisant ferait supporter aux fumeurs les dépenses de santé qu’ils génèrent et pas seulement les non-fumeurs […] 70 % des non-fumeurs supportent financièrement les dépenses de santé liées au tabagisme et à ses conséquences, estimées par certains experts à 10 milliards d’euros, soit un tiers du déficit de la branche maladie de la Sécurité Sociale".

Une approche globale

L’acquisition des distributeurs intelligents serait à la charge des débitants de tabac, qui conserveraient leurs marges, tout en "réemployant son temps libéré à d’autres offres de services", toujours selon SOS Tabac. De plus les machines pourront distribuer des bons de réduction valables sur les aides ou substituts pour arrêter de fumer, inscrivant ainsi le projet dans une approche globale. Jean-Pierre Marguaritte regrette que les prix de ces derniers soient encore trop élevés, tandis que le remboursement de l’Assurance Maladie, à hauteur de cinquante euros par an, demeure pour lui insuffisant : "l’augmentation espérée du volume de vente des médicaments d’aide au sevrage tabagique permettrait de demander un effort à l’Industrie pharmaceutique qui réduirait leurs prix de façon à les rendre financièrement plus accessibles". Enfin l’association estime que la mesure ne pourrait fonctionner que si les pays limitrophes décidaient de mettre en place des systèmes identiques, évitant ainsi que les fumeurs traversent la frontière pour leurs achats. Néanmoins, en ces temps électoraux, il n’est point sûr que le gouvernement donne suite à ces propositions qui ne manqueront pas de lancer le débat.

* Les distributeurs allemands sont déjà en mesure de connaitre l’âge de l’acheteur et refusent de délivrer un paquet si ce dernier à moins de 16 ans.

Tabac : la cigarette à vapeur fait son retour dans les lieux publics

Par MagicMaman.com

La cigarette électronique consiste à recracher de la vapeur en tirant sur un filtre qui contient du liquide à la nicotine ou à d’autres arômes artificiels.

Récemment, on a pu voir plusieurs célébrités fumant ce type de cigarette dans des lieux interdits à la cigarette « normale ». Arielle Dombasle lors d’un défilé, ou encore Johnny Depp dans le TGV (film Le Touriste).  Ce qui fait le bonheur de Can Marasligil, administrateur de Sedanza, l’entreprise belge leader sur ce marché. Il déclarait au Parisien.fr « De plus en plus de people se montrent avec la cigarette électronique, ça relance la consommation ». Pour ce dirigeant, ce type de cigarette est le moyen de pouvoir fumer dans les lieux publics sans pour autant gêner les non fumeurs. En effet, elles ne contiennent pas de nicotine et la vapeur recrachée par le fumeur est sans danger pour l’entourage.

Cependant, ce genre de cigarette ne fait pas l’unanimité. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et le comité national contre le tabagisme rappellent que cette cigarette n’est pas un moyen efficace pour arrêter de fumer.

Sur leParisien.fr, le président du comité national contre le tabagisme se dit « scandalisé » que ce produit soit vendu en pharmacie aux côtés des méthodes de sevrage.

Pour le moment, certaines entreprises proposent tout de même l’e-cigarette pour aider l’arrêt du tabac. Ces cigarettes à vapeur ont un coût qui peut aller d’environ 13 € à 100 €.

CANCER du POUMON: L’ongle, un nouveau biomarqueur du risque de cancer ?

Par SantéLog

Les ongles des orteils pourraient devenir un biomarqueur simple permettant de détecter le risque de cancer du poumon, suggère cette étude, qui a mesuré les niveaux de nicotine dans des coupures d’ongle d’orteil à la fois de fumeurs et de non-fumeurs et qui constate que des niveaux de nicotine élevés sont associés à un risque 3 fois plus élevé de cancer. Cette étude a été menée par des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Californie et publiée dans la revue scientifique American Journal of Epidemiology.

Cette recherche a donc comparé les niveaux de nicotine dans des échantillons d’ongles d’orteils de 210 hommes qui ont développé un cancer du poumon entre 1988 et 2000, et 630 hommes qui ne l’ont pas développé. Le niveau de nicotine mesuré dans les ongles s’avère directement corrélé aux habitudes de tabagisme et les hommes atteints de cancer présentent des taux de nicotine dans les ongles plus élevés que ceux qui n’ont pas de cancer. C’est une nouvelle mesure, simple et objective de l’exposition à la nicotine, qui peut trouver des utilisations spécialisées scientifiques ou autres. Sur ce petit échantillon, cette étude n’a pu déterminer avec précision le lien entre le taux de nicotine, l’exposition au tabagisme et le développement d’un cancer.

Cette étude de cas-témoins hébergée dans une étude de cohorte a été menée sur des personnes avec cancer du poumon et sans la maladie et a comparé les données lors d’une étude séparée, plus limitée. La théorie des chercheurs est que les coupures d’ongle d’orteil seraient fortement prédictives du risque de cancer du poumon. L’analyse de rognures d’ongles pour déterminer les niveaux de nicotine pourrait être un marqueur plus fiable du tabagisme que du déclaratif. En 1987, 65% des participants de l’étude cohorte (33.737 hommes) ont fourni des échantillons d’ongles d’orteils. 221 cancers du poumon ont été diagnostiqués chez ces hommes, entre 1988 et 2000. Les échantillons ont été analysés pour leur teneur en nicotine.

Résultats: 840 hommes ont été à peu près également répartis entre les 5 catégories de niveaux de nicotine mesurés dans les ongles.

  • · Les niveaux de nicotine dans les ongles reflètent bien les antécédents de tabagisme,
  • · 85% des hommes avec le niveau de nicotine le plus élevé étaient bien fumeurs au moment du prélèvement, comparativement à 0% des hommes ayant le niveau le moins élevé,
  • · 29% des hommes avec le niveau de nicotine le moins élevé n’ont jamais fumé, tandis que seuls 6% des hommes avec le niveau de nicotine le plus élevé n’avaient jamais fumé.
  • · Parmi les hommes qui ont déclaré être d’anciens fumeurs, 21% étaient dans chacun des trois groupes les plus bas, 23% dans le second groupe le plus élevé, et 13% dans le groupe le plus élevé.
  • · Comme prévu, les cas de cancers étaient plus susceptibles d’avoir fumé.

Lorsque les auteurs ajustent leurs résultats, les hommes avec des niveaux de nicotine les plus élevés présente un risque plus que triplé de cancer du poumon (OR 3,57, IC 95% 1,73 à 7.37). Les associations entre cancer du poumon et faibles niveaux de nicotine dans les ongles sont non significatifs.

Pour les chercheurs, le niveau de nicotine mesuré dans l’ongle ongle peut prédire fortement le risque de cancer du poumon et sans connaître l’histoire du fumeur…

Source : American Journal of Epidemiology March 2 2011 (first published online) doi: 10.1093/aje/kwq446, Toenail Nicotine Level as a Novel Biomarker for Lung Cancer Risk

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.