Obésité : la chirurgie favoriserait la dépendance à l’alcool

Top Santé

Les traitements chirurgicaux de l’obésité, efficaces pour perdre du poids, pourraient engendrer une dépendance à l’alcool, deux ans après l’intervention, selon des chercheurs de l’université de Pittsburgh. Les scientifiques ont suivi 2 000 patients américains.
Leur consommation d’alcool a été observée 30 jours après l’opération puis une et deux années consécutives à l’intervention.

70 % des patients étudiés ont subi une opération pour se faire poser un bypass gastrique, une technique qui permet de réduire la quantité d’aliments ingurgités et leur réabsorption par l’intestin grêle. Parmi eux, 7 % avaient eu des problèmes d’alcool avant l’opération. Deux ans après l’intervention, ils étaient 10,7 % à présenter une dépendance à l’alcool, soit une augmentation du risque de plus de 50 %. Par dépendance, les chercheurs ciblaient les cas de personnes qui n’arrivent pas à cesser de boire quand elles commencent et celles qui avaient des troubles de mémoire liés à un excès d’alcool.

Parmi les personnes le plus à risque de développer cette addiction, l’étude cite les personnes isolées socialement, les personnes qui ont des antécédents avec l’alcool ou la drogue, les personnes montrant des symptômes dépressifs mais aussi les hommes et les jeunes adultes.

Très efficace pour perdre du poids, la chirurgie bariatrique est de plus en plus pratiquée en France. Elle a représenté pas moins de 36 000 opérations en 2011. La chirurgie bariatrique désigne un type de chirurgie consistant à restreindre l’absorption des aliments, diminuant, de fait, l’apport calorique journalier afin de lutter contre l’obésité. Il existe différentes techniques de chirurgie de l’obésité comme le ballon gastrique, l’anneau gastrique, le bypass.

Quel rapport peut-on trouver entre cette chirurgie particulière et la dépendance à l’alcool ? les chercheurs n’apportent pas d’explication claire. "Plusieurs études ont montré que si vous donnez une quantité d’alcool normale à une personne portant un bypass gastrique, ils attendent le pic de consommation d’alcool plus rapidement et ils mettent plus de temps à redevenir sobres. En fait, leur sensibilité à l’alcool change", affirme Mary King, chercheur à la Graduate School of Public Health de l’université de Pittsburgh, interrogée par Fox News. Cette différence de sensibilité à l’alcool pourrait expliquer cette élévation de la consommation d’alcool.

Cette étude justifie la nécessité d’informer les candidats à la chirurgie de l’obésité du risque de pathologies et de complications possibles après l’opération.

http://www.centresstop.com

À propos centresstop
Les Centres Stop mettent en place des solutions mises à la disposition du grand public, des entreprises et des professionnels de la santé. Ces services, qui agissent dans plusieurs domaines de la santé, sont les seuls à utiliser une technologie de pointe, efficace qui résulte d'années de recherches qui sont reconnues et prouvées par l'Université McGill de Montréal et l'Université de la Colombie-Britannique.

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: