75% des fumeurs ont déjà essayé d’écraser

Agence QMI

Source: http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/06/20100621-095746.html

cigarette

MONTRÉAL – Les trois quarts des fumeurs ont déjà essayé d’arrêter de fumer plus d’une fois sans succès. C’est ce que révèle un sondage Angus Reid mené pour le compte de Nicorette.

Selon ce sondage, les fumeurs estiment que la cigarette a des conséquences négatives sur plusieurs facettes de leur vie. Premièrement sur leur santé à 48%, sur leur forme physique à 46% et sur leurs finances à 37%. Quatre-vingt-cinq pour cent des fumeurs affirment vouloir cesser de fumer, mais, seulement 32 % d’entre eux croient en leurs chances d’y arriver.

Les méthodes de renoncement au tabac les plus populaires auprès des fumeurs sont les thérapies de remplacement de la nicotine (50 %), suivies des médicaments d’ordonnance (46 %) et des thérapies parallèles (42 %).

«Arrêter de fumer ne consiste pas à prendre une grande décision une fois pour toutes, mais bien à prendre une décision chaque fois qu’on décide de ne pas allumer une cigarette, explique le psychologue Marc Pistorio qui participe au site abasletabac.ca. Qu’on le fasse pour des raisons de santé, pour la famille ou même pour le portefeuille, s’engager à renoncer au tabac n’est jamais facile.»

Le sondage en ligne a été mené les 2 et 3 février dernier auprès de 1005 adultes canadiens fumeurs la marge d’erreur est de 3,1 % 19 fois sur 20.

Grippe H1N1: cessez de fumer avant de l’attraper!

La pandémie de grippe A (H1N1) qui se profile est une des trois bonnes raisons d’arrêter de fumer en cet automne 2009. Elles vous sont présentées par l’Office français de prévention du tabagisme sur son nouveau site Internet.

L’analyse des données scientifiques sur le lien tabagisme/grippe, en particulier grippe A (H1N1), est édifiante :

- Le risque d’être touché par la grippe est augmenté de moitié (+ 43 %, + 45 %, + 59 %) chez les fumeurs par rapport aux non-fumeurs dans les trois études présentées dans le document de l’OFT.

- Le risque de développer une forme de grippe plus sévère est également plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

- En revanche, le vaccin provoque une bonne montée d’anticorps et la protection vaccinale a été aussi correcte chez les fumeurs que chez les non-fumeurs dans les épidémies précédentes. Une étude suggère que la protection serait moins prolongée chez le fumeur.

Les données sur le vaccin actuel contre la grippe A (H1N1) sont en attente.

L’OFT invite les 13,5 millions de fumeurs à passer à l’acte en arrêtant de fumer durablement et rappelle qu’un fumeur régulier sur deux meurt d’une maladie liée au tabac et perd alors en moyenne vingt années de vie.

En savoir plus sur l’arrêt du tabac au www.centresstop.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.