Cigarette labelling finally includes blindness

Winnipegfreepress

If there weren’t already compelling enough reasons for you to quit smoking, think about the risk to your vision.

While it’s well-known smoking can cause cancer, heart disease and strokes, up until recently there has been little awareness about the fact smoking can also cause serious and permanent vision loss.

For a long time, I personally bemoaned the fact Canada had no requirements that cigarette packaging carry a warning about smoking and blindness. Cigarette packaging in other countries — such as Australia, for example — have carried the message "smoking causes blindness" for some time.

But soon my wish will be granted. New regulations for tobacco-product labelling in Canada mean that, as of June 19, retailers can only legally sell cigarettes that display new health warnings, including the fact that smoking increases your risk of blindness.

Specifically, the warning points to the risk of age-related macular degeneration (AMD), which is the leading cause of vision loss in Canadians 50 years and older.

AMD causes damage to the macula, the central part of the retina responsible for seeing fine details (such as reading print or seeing faces). People with AMD generally experience blurred central vision and a growing central blind spot.

We’ve known for some time primary and second-hand smoke from cigarettes is a major risk factor for AMD. Current smokers have up to four times the risk of developing AMD compared to non-smokers or past smokers. Smokers may also develop the disease about 10 years earlier than non-smokers. How much you smoke also affects your risk of acquiring AMD. People who smoke more have a higher risk of developing AMD than those who smoke less.

The good news? Quitting can make a difference. Studies indicate a person’s risk for AMD will decrease each year they don’t smoke, so after 20 years, the risk is equal to that of someone who has never smoked.

In addition to AMD, smoking is a risk factor for developing cataracts and vision loss from diabetic retinopathy.

I sincerely hope those people who are still smoking will heed the new warnings about the risk of vision loss. They need to know living with vision loss can be life-altering. Clinical depression is three times as common in people with vision loss compared to the general population. And seniors with vision loss face twice the risk of falls and four times for hip fractures.

So, if the well-known risks associated with smoking aren’t enough to make you quit, think about the implications of losing your sight.

http://www.centresstop.com

Smokers should exercise discipline, common sense

Therecord

The New Zealand government is committed to having a cigarette-free nation by 2025. They have recently considered increasing the cost of a pack of cigarettes to $100, although for the time being they have rejected that idea for a more conservative increase, to a total of $15.50 (Cdn) a pack by 2016.

Kudos to New Zealand. Let’s hope they are successful in their endeavour. But shouldn’t Canada and, in fact, the world be following suit?

Statistics from the World Health Organization show that on average, 20 per cent of the global population smoke cigarettes.

According to the Registered Nurses’ Association of Ontario, tobacco kills more than 13,000 Ontarians and more than 40,000 Canadians annually. Of course, individual freedom supporters may claim that everyone should have the right to smoke or do whatever they want to their own bodies. This is an argument worth considering, until one considers the ramifications that place an overwhelming burden squarely on the shoulders of the rest of the Ontario populace.

The Ontario Medical Association has revealed statistics that show the direct cost to Ontario taxpayers of tobacco-induced diseases at $1.6 billion annually.

With Ontario’s health care system currently stretched to unfathomable limits, it seems much of our tax dollars are literally going up in smoke.

Maybe I’m being too harsh, too judgmental. Can smoking really be that bad?

The U.S. Centers for Disease Control and Prevention says cigarette smoking is highly carcinogenic, while also leading to emphysema, bronchitis and other lung conditions. Smoking causes coronary heart disease, paving the way to heart attacks, strokes and aneurysms. Smoking is directly associated with infertility, stillbirths and sudden infant death syndrome, and as if that’s not enough, smoking leads to lower bone density and nutrient deficiency.

Well, it seems the risks of smoking are quite severe, but maybe the ingredients of a cigarette aren’t so dramatic, just misunderstood.

Let’s see what the Canadian Lung Association has to say on this subject. According to the lung association, cigarettes and tobacco smoke contain more than 4,000 different chemicals, of which some of the more interesting compounds are arsenic, ammonia, acetone (nail polish remover), hydrogen cyanide (poisonous gas), naphthalene (found in mothballs), formaldehyde and butane.

The questions remain: Why would someone try cigarette smoking and what would possess them to continue on with this contemptible vice?

Aye, there’s the rub.

The reasons for someone smoking their first cigarette are probably quite varied, ranging from a warped idea of weight control to boredom. Why they continue to smoke is attributed to one ingredient — nicotine.

Nicotine is a highly addictive chemical that in small amounts stimulates the production of norepinephrine (adrenalin) and dopamine (a pleasure hormone). In other words, every time smokers take a puff on a cigarette they feel excited, stimulated and stress free. They can’t resist the surge of energy, despite what it’s doing to their body.

The effect of nicotine has not gone unnoticed by the cigarette manufacturing companies. One study revealed that between 1998 and 2005 the average increase in nicotine in all major brands of cigarettes was 1.6 per cent per year.

Should Ontario follow New Zealand’s lead in the battle against cigarettes? Yes, however the action and the war are doomed to failure.

Our society had already shown that immediate gratification usually wins out over everything else and when the puff of a cigarette brings so much enjoyment, how can people resist?

Maybe a little discipline and common sense is needed. Alas, discipline and common sense seems to be in short supply.

http://www.centresstop.com

Some Want Electronic Cigarettes Illegal for Minors

Fox

They are flashy, appealing and can also be addictive according to state lawmakers.  That is part of the reason they plan to keep electronic cigarettes out of the hands of minors.

The state is making it illegal under a new law for retailers to sell, furnish and distribute electronic cigarettes to minors starting in July.

But the law comes a little as a surprise to a distributor because William Foos said his retailers already do that.

“To be appealing to the consumer, they have to make the alcohol bottle look a certain way, and it’s the same thing with everything whether it’s kids toys to liquor to cigarettes,” Foos said.

Foos owns Foos, a company that distributes electronic cigarettes to more than 300 retailers, most of them in Kansas.  But effective July 1, his Kansas retailers will not be able to sell, furnish, or distribute to those under 18.

“It kind of threw me off a little just because of the attempts we try to keep them out of kids hands without the law.  But otherwise, I think it’s a good law,” Foos said.

Leawood Representative Pat Colloton agrees.  The committee she chairs on corrections and juvenile justice, sponsored it after it was brought up by Leavenworth county prosecutor, Tom Thompson.

Colloton says it was a concern for youth because of the attractive packaging.  They felt they needed to stop it before it became a bigger problem where teens might become addicted to the nicotine in electronic cigarettes.

“Nicotine is a powerfully addictive substance and this law will require posting of notice about sale to minors and help alert parents to the danger posed by these devices,” Colloton said in a statement.

Under the new law, retailers can’t sell electronic cigarettes though a vending machine if the store is open to minors. Those who do sell these cigarettes but not regular ones, will now have to get licensed.

Colloton also adds she understands these electronic cigarettes are helpful to adults who are trying to quit, so that’s why they decided to make it illegal for those under 18 who hopefully haven’t started.

http://www.centresstop.com

Les utilisateurs de cigarette électronique consomment autant de nicotine que les fumeurs

Psychomédia

Les utilisateurs de la cigarette électronique consomment autant de nicotine que les fumeurs de la cigarette de tabac, selon une étude publiée dans l’European Respiratory Journal.

Dans la cigarette électronique, une solution présente dans la cartouche est chauffée et la vapeur produite est inhalée. Cette solution est constituée d’agents humectants (propylène glycol ou glycérol), d’arômes (tabac, menthe, fruits … ) et de nicotine. Un voyant lumineux situé à l’extrémité simule une combustion. Plusieurs utilisateurs rapportent l’utiliser comme aide pour arrêter de fumer ou comme substitut dans les endroits non-fumeurs.

Jean-François Etter et ses collègues des universités de Genève et d’Auckland ont mesuré les niveaux de cotinine (produit de la dégradation de la nicotine par le foie) chez 30 utilisateurs expérimentés de cigarettes électroniques (tous des ex-fumeurs). Ces niveaux étaient semblables à ceux des fumeurs.

Ces résultats invalident les arguments marketing de ces produits selon lesquels leur utilisation aiderait à diminuer l’addiction en diffusant peu de nicotine. Avec ces produits, les fumeurs restent dépendants à la nicotine, mais ne sont plus exposés aux 4.000 autres substances toxiques du tabac, commente le chercheur.

  • Rappelons toutefois, que les substances utilisées dans les cigarettes électroniques sont possiblement toxiques. En mai dernier, l’Afssaps émettait une mise en garde contre ces produits, soulignant la problématique de dépendance et l’absence de données qui empêche de se prononcer sur le risque de toxicité des substances utilisées. En septembre 2008, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) émettait une mise en garde contre leurs "additifs chimiques qui peuvent être très toxiques".
  • http://www.centresstop.com

La santé des ados

Estrepublicain.fr

Globalement les adolescents bénéficient d’une meilleure santé aujourd’hui qu’hier, confirme l’enquête internationale HBSC sur la santé des 11 à 15 ans menée dans 39 pays et régions d’Europe et d’Amérique du nord. Toutefois, durant cette courte période de quatre années, les comportements nuisibles tendraient à augmenter : à 15 ans, 21 % des jeunes affirment ainsi consommer de l’alcool, 18 % fumer… Et des inégalités perdurent et s’installent y compris dans des domaines inattendus, fait remarquer le dr Emmanuelle Godeau, responsable des travaux pour la France : « On ne comprend pas pourquoi par exemple on voit dans une période aussi courte, entre 11 et 15 ans, s’installer des différences entre garçons et filles aussi prononcées. Les filles se trouvent en plus mauvaise santé, se sentent plus mal, ont une perception de leur corps plus négative que les garçons alors qu’à l’âge de 11 ans, les différences entre garçons et filles sont nettement moins prononcées ».

Alcool et tabac de plus en plus jeunes

Les garçons, eux, s’engagent plus tôt dans les conduites à risque et se mettent plus tôt à adopter des conduites abusives d’alcool ou de tabac : « Mais sur ce plan », note encore le dr Godeau, « les différences entre garçons et filles s’amenuisent. Les filles, alors qu’elles ont déjà une perception de leur corps plus négative, au lieu d’adopter les comportements plus favorables des garçons en matière d’activité physique, se mettent à leur ressembler dans le champ qui est celui des prises de risque. Il y a donc là des choses qui se jouent sur lesquelles on pourrait réfléchir ».

Véritable photographie des comportements des adolescents, de leur environnement social, cette enquête permettant de « mieux appréhender les facteurs influençant la santé des adolescents », doit en effet aider à affiner et surtout mieux cibler les actions et politiques de prévention santé, à délivrer des messages plus spécifiques aux adolescents, voire aux filles parfois. D’autant, souligne l’enquête que l’adolescence est l’âge de tous les possibles : « On sait que le cerveau des préadolescents est particulièrement vulnérable. On a tous à gagner à retarder les expérimentations et les abus. On sait que plus tard on a commencé à fumer, plus facile on aura à arrêter », note le dr Godeau.

Comment se situe la France dans cette enquête internationale ? « Globalement dans la moyenne », note le praticien. Dans le détail, la France va se situer parmi les pays les plus consommateurs de cannabis, mais aussi parmi les pays les plus consommateurs de légumes ; en bas de tableau en matière d’activité physique alors même que les ados français regardent très peu la télé etc… « Ce qui montre bien qu’il y a l’impact de la culture, des politiques de prévention, des habitudes culturelles au sens large », analyse le dr Godeau, médecin au rectorat de Toulouse.

Cette enquête internationale publiée par l’OMS, a impliqué plus de 200.000 jeunes dont 11.638 en France où elle a été menée en partenariat par le service médical du rectorat de Toulouse, l’Inserm, l’Inpes et l’Observatoire français des drogues et toxicomanies.

http://www.centresstop.com

Recours collectif de 27 milliards de dollars contre les cigarettiers

Radio-Canada

Un important procès contre les grands fabricants de tabac s’est ouvert lundi à Montréal, dans le cadre de deux recours collectifs déposés il y a 14 ans par les malades et les dépendants à la cigarette au Québec.

Les compagnies de tabac Imperial Tobacco, JTI Mac Donald et Rothmans Benson & Hedges sont accusées d’avoir tout fait pour accroître la dépendance des fumeurs à la nicotine. On leur reproche aussi d’avoir sciemment dissimulé les risques de la consommation de tabac pour la santé.

Les deux recours collectifs distincts seront entendus en même temps. Le premier, touchant 90 000 fumeurs et ex-fumeurs québécois, concerne des gens qui ont développé des maladies à la suite de leur consommation de tabac, comme des cancers du poumon, du larynx et de la gorge, ou qui ont souffert d’emphysème.

Le deuxième recours collectif touche 1,8 million de personnes dépendantes au tabac au Québec.

Les deux recours collectifs ont été autorisés en 2005. Le juge de la Cour supérieure disait à l’époque que les trois compagnies n’ont jamais communiqué de façon directe toute l’information sur les risques et les dangers de la consommation du tabac et que l’attitude des fabricants était surprenante et contradictoire.

La preuve doit prendre environ un an, et la défense, tout autant. L’issue du procès ne sera donc pas connue avant la fin de 2013, à moins que les compagnies de tabac décident de régler le conflit à l’amiable.

Les fumeurs doivent « assumer les conséquences »

Selon Rob Cunningham, analyste principal des politiques de la Société canadienne du cancer, les compagnies de tabac doivent rendre publics tous les documents encore secrets pour révéler ce que ces compagnies savaient déjà des effets de la nicotine sur la santé des fumeurs et ce qu’elles ont exactement fait.

Un des plaignants, Daniel C. Charest, fume devant le palais de justice de Montréal, lundi. Un des plaignants, Daniel C. Charest, devant le palais de justice de Montréal, lundi.   © PC/Graham Hughes

À l’origine d’un des recours, Cécilia Létourneau, qui fume toujours, dit être dépendante en raison des produits qui se trouvent dans les cigarettes.

« Mon plus grand espoir, c’est que les journalistes informent la population [...] pour qu’elle soit au courant [des effets de la nicotine], et arrête de véhiculer elle-même ce que l’industrie dit, à savoir que c’est une question de choix ou de volonté ».

De son côté, l’industrie se défend en arguant que les fumeurs connaissaient les risques qu’ils encouraient, et qu’elle a agi en toute légalité.

« Essentiellement, ce que nous disons, c’est que ça fait de nombreuses années, 40 ou 50 ans, que les dangers liés au tabagisme sont connus, et les gens qui décident de fumer doivent assumer les conséquences des choix qu’ils font », a déclaré Suzanne Côté, porte-parole d’Imperial Tobacco.

Des additifs chimiques

Le voile a été levé lorsque Jeffrey Wigand, qui travaillait pour la compagnie Brown & Williamson, fabricant des marques Pall Mall et Lucky strike, a révélé au début des années 90 que les compagnies ajoutaient des additifs chimiques dans le tabac pour accroître la dépendance à la nicotine.

Les patrons de ces compagnies ont tout nié en bloc devant le Congrès américain.

En janvier dernier, le Conseil québécois sur le tabac et la santé soulignait que le taux de tabagisme s’élève à 23 % au Québec. Le tiers des fumeurs sont des jeunes de 20 à 24 ans.

Selon le Conseil, un fumeur sur deux mourra des suites de son tabagisme. Il rappelle que les problèmes liés au tabagisme tuent 28 personnes par jour et que tabagisme fait 21e fois plus de morts que les accidents de la route.

http://www.centresstop.com

Nice: faut-il bannir alcool et tabac des plages ?

Newsring

Après la cigarette, c’est au tour de l’alcool d’être interdit sur les plages de Nice. Christian Estrosi, le député maire UMP de la ville entend ainsi lutter contre les troubles de l’ordre public.

A partir du 1er avril prochain, il sera interdit de consommer de l’alcool entre 20h et 5h du matin dans les lieux publics du centre-ville de Nice, dont une partie de la Promenade des Anglais. Le député maire UMP de la ville, Christian Estrosi, entend ainsi lutter contre un nombre croissant de personne en état d’ébriété sur le domaine public niçois.

Christian Estrosi a dénoncé quelques débits de boissons ne respectant pas la protection contre l’ivresse des mineurs ou leurs obligations en matière de lutte contre l’alcoolisme. «L’objectif est de continuer à faire baisser le nombre de personnes en état d’ébriété sur la voie publique», a déclaré le maire.

En février dernier, Christian Estrosi avait déjà banni la cigarette des plages. La ville de Nice avait alors été la première de France à signer une convention avec la Ligue nationale contre le cancer (LNCC), officialisant la labellisation «plage sans tabac». Dès la prochaine saison estivale, l’interdiction de fumer concernera la plage du Centenaire, sur la célèbre Promenade des Anglais. Si vous êtes pris une cigarette au bec, l’amende pourra aller jusqu’à 38 euros.

http://www.centresstop.com

Illicit cigarette trade ‘costing Egypt $663m’

Trade Arabia

Illicit trading in cigarettes is costing the Egyptian government approximately EGP4 billion ($663 million) annually, or three per cent of the current budget deficit, said a report.

More than 100 low-cost illicit brands, adhering to no local standards or specifications and selling for as low as EGP1 ($0.16), represent at least 20 per cent of the 84 billion cigarette market, added the recent study conducted by British American Tobacco Egypt.

This phenomenon continues to grow unimpeded, rising from 0.03 per cent at the end of 2010 to 10 per cent in 2011 and 20 per cent as of March 2012, according to the report.
Fueled by aggressive taxation of the industry, the illicit cigarette market has also been significantly bolstered by the lack of enforcement and a security vacuum.

Attractive trade margins, at more than seven times the profit incurred through selling legitimate products for retailers and more than 16 times for wholesalers, have led some to deal only in illicit products, which due to their lack of adherence to local specifications pose far greater health risks to consumers than legitimate brands, the report said.

At a time when the government is sorely pressed financially, this loss of revenue is particularly devastating. For example, the EGP4 billion, apart from representing 3 per cent of the budget deficit, also accounts for approximately 20 per cent of the potential $3.2 billion International Monetary Fund loan.

Currently, there are no signs of the phenomenon slowing down, with products flooding the market from transit points at the Egyptian-Libyan borders as well as from Jordan, the United Arab Emirates, China and Duty Free and Border shops.

Two consecutive excise increases in 2010 and 2011, in tandem with a faltering economy, have resulted in consumers of legitimate products spending almost 25 per cent of their disposable income on cigarettes, while those purchasing illicit brands do so unaware that they are non-compliant in terms of limiting tar and nicotine quantities as well as the featuring of appropriate graphic health warnings, source of manufacture, cigarette quantities and age restrictions on the pack, the report said.

With the illicit trade in cigarettes continuing to grow in the Egyptian market, it is incumbent upon all parties – private sector, government and non-governmental alike – to join forces in a bid to eliminate this dangerous phenomenon, according to the report.

http://www.centresstop.com

Cigarettes: Teenagers becoming ambivalent on personal health

The Canadian

When it comes to prevention of substance use in our tween population, turning our kids on to thought control may just be the answer to getting them to say no.

New research published in the Journal of Studies on Alcohol and Drugs, co-led by professors Roisin O’Connor of Concordia University and Craig Colder of State University of New York at Buffalo, has found that around the tween-age years kids are decidedly ambivalent toward cigarettes and alcohol. It seems that the youngsters have both positive and negative associations with these harmful substances and have yet to decide one way or the other. Because they are especially susceptible to social influences, media portrayals of drug use and peer pressure become strong alies of substance use around these formative years.

“Initiation and escalation of alcohol and cigarette use occurring during late childhood and adolescence makes this an important developmental period to examine precursors of substance use,” says O’Connor, who is an Assistant Professor in Concordia’s Department of Psychology. “We conducted this study to have a better understanding of what puts this group at risk for initiating substance use so we can be more proactive with prevention.”

The study showed that at the impulsive, automatic level, these kids thought these substances were bad but they were easily able to overcome these biases and think of them as good when asked to place them with positive words. O’Connor explains that “this suggests that this age group may be somewhat ambivalent about drinking and smoking. We need to be concerned when kids are ambivalent because this is when they may be more easily swayed by social influences.”

According to O’Connor, drinking and smoking among this age group is influenced by both impulsive (acting without thinking), and controlled (weighing the pros against the cons) decisional processes. With this study, both processes were therefore examined to best understand the risk for initiating substance use.

To do this, close to 400 children between the ages of 10 and 12 participated in a computer-based test that involved targeted tasks. The tweens were asked to place pictures of cigarettes and alcohol with negative or positive words. The correct categorization of some trials,for example, involved placing pictures of alcohol with a positive word in one category and placing pictures of alcohol with negative words in another category.

“From this we saw how well the participants were able to categorize the pictures in the way that was asked. Using a mathematical formula of probabilities we were able to identify how often responses were answered with impulsive and thoughtful processes as they related to drinking and smoking,” says O’Connor.”

The next step in this study is to look at kids over a longer period of time. The hypothesis from the research is that as tweens begin to use these substances there will be an apparent weakening in their negative biases toward drinking and smoking. The desire will eventually outweigh the costs. It is also expected that they will continue to easily outweigh the pros relative to the cons related to substance use.

“We would like to track kids before they use substances and follow them out into their first few years of use and see how these processes play out,” says O’Connor. “Ultimately, we would like to help kids with that thoughtful piece. There is such a big focus now on telling kids substances are bad, but from our study we are seeing that they already know they are bad, therefore that is not the problem. The problem is the likelihood of external pressures that are pushing them past their ambivalence so that they use. In a school curriculum format I see helping kids deal with their ambivalence in the moment when faced with the choice to use or not use substances.”

http://www.centresstop.com

La cigarette a créé «un holocauste»

Le Matin Online

Un livre historique et militant vient de sortir aux Etats-Unis pour dénoncer les ravages du tabac et décortiquer les magouilles des cigarettiers de 1940 à 1990 environ. Avec un titre choc: «Golden Holocaust» , l’holocauste doré. «La cigarette est l’invention la plus meurtrière de l’histoire de l’humanité», tranche l’auteur, le Pr Robert Proctor. L’historien de l’Université Stanford estime que la cigarette a tué cent millions de fois au XXe siècle. Qu’elle tuera un milliard d’humains pour le siècle en cours.

Produire du doute

Le livre de Robert Proctor vaut d’abord pour ses récits. Ainsi, l’auteur nous emmène à une rencontre secrète, en 1953, dans un hôtel new-yorkais. Tous les grands patrons de l’industrie américaine du tabac sont là. Pour trouver une parade à la publicité grandissante autour du lien entre cigarette et cancer.

Le plan sera de gagner du temps et de semer la confusion. Par tous les moyens. «Il faut maintenir la controverse vivante. Le doute est ce que nous produisons», écrit un cadre d’une filiale de British American Tobacco dans un mémo secret. Pour le Pr Proctor, les cigarettiers ont gagné dix ans avant que les autorités ne communiquent sur le danger du tabac. Il se livre à un calcul horrifiant: «Si on place en 1954 le début de fléchissement constaté dès 1964, on voit que 8000 milliards de cigarettes «en trop» ont été consommées aux Etats-Unis. Cela représente environ huit millions de morts dans les décennies suivantes.»

Autre intrigue, le polonium 210. Les feuilles de tabac fixent naturellement l’élément radioactif, qui se retrouve dans les clopes. L’industrie du tabac le découvre dans les années 1950. Ne fait d’abord rien. Puis tentera différentes techniques pour se débarrasser de ce qu’elle décrit comme un «petit souci». En secret. Faire connaître ces recherches serait comme «réveiller un géant endormi», écrira un cadre de Philip Morris en 1978. «Je doute qu’il faille fournir des faits.» Après études, les cigarettiers décident… de ne rien faire! Agir n’aurait «aucun avantage commercial», notera un cadre de R. J. Reynolds. Selon des recherches menées plus tard, l’élément radioactif serait responsable d’un cancer des poumons sur cent.

Autre manœuvre méconnue, en 1945. L’Europe, à terre, a besoin des Etats-Unis pour se redresser. Ce sera le Plan Marshall. Un sénateur propose qu’à la nourriture livrée, on ajoute des tonnes de cigarettes au tabac blond. Il est encore peu prisé en Europe, où l’on fume surtout du brun, plus fort, âcre. Les blondes s’imposeront, selon Robert Proctor. Plus douces, elles s’inhalent plus profondément. Elles rendent beaucoup plus dépendant. «Le total des marchandises livrées de 1947 à 1951, écrit-il, est estimé à 13 milliards de dollars. Dont un pour le tabac.»

Archives secrètes

«Golden Holocaust» est d’abord un travail de mémoire. Proctor a été le premier historien à témoigner dans un tribunal contre l’industrie du tabac. Pour comprendre sa science du sujet, il faut revenir en 1998. Un accord avait été trouvé entre les grands cigarettiers et 46 Etats américains qui les poursuivaient. Il comprenait le versement de 250 milliards de dollars sur vingt ans. Et l’ouverture des archives secrètes, les «tobacco documents», confiés à l’Université Stanford. Qui a déjà épluché et mis en ligne 13 millions de documents. Robert Proctor ausculte ces secrets depuis dix ans. Il en tire aujourd’hui un livre dont la force est de raconter les intrigues des cigarettiers avec leurs propres mots, mémos, rapports confidentiels. 750 pages pour expliquer comment l’industrie du tabac a réussi à présenter «l’esclavage à un produit comme une liberté».

Mais pourquoi un tel brûlot aujourd’hui? Pour beaucoup, les manœuvres des cigarettiers appartiennent au passé. Le Pr Proctor n’en croit rien. «Très peu a changé, nous explique-t-il. Le fait est que l’industrie du tabac n’a jamais admis qu’elle avait menti. Ou visé les enfants. Et les cigarettes fabriquées aujourd’hui sont plus mortelles qu’elles ne l’ont jamais été.»

Sans la Chine, dit-il – 40% de la production mondiale –, la consommation de cigarettes aurait chuté. Reste que pour l’historien militant, il faut interdire immédiatement la vente de cigarettes, «sorte de machines à tuer au ralenti développées par des légions de chimistes». Mais de toute façon, écrit-il, «le jour viendra où les gens ne fumeront plus de tabac, ou du moins pas à la manière routinière et obsessionnelle d’aujourd’hui. Fumer en public sera perçu de la même manière qu’uriner en public.»

Et si on interdisait la clope?

Dans «Golden Holocaust», Robert Proctor plaide pour l’interdiction de la vente de cigarettes. Quelques professeurs américains soutiennent la même idée et, l’an passé, l’économiste et écrivain français Jacques Attali avait fait grand bruit en lançant «Il ne faut plus tergiverser. Il faut interdire la production, la distribution et la consommation de tabac.» Un Etat a franchi le pas: le Bhoutan, qui a interdit dès 2004 toute vente de tabac. Avec des résultats que les experts jugent peu convaincants.

«La cigarette est tout simplement trop dangereuse pour être vendue, exactement comme l’amiante, et il existe de toute façon déjà une contrebande massive», nous explique Robert Proctor. «Surtout, la plupart des fumeurs n’aiment pas fumer et veulent arrêter. Fumer n’a rien de récréatif. Ce n’est pas comme boire un verre, plutôt comme être alcoolique.» Et d’ajouter qu’environ 3% des gens qui boivent sont dépendants contre 80 à 90% de ceux qui fument. Pour lui, la majorité des fumeurs ne contournerait pas une interdiction.

En Suisse, les spécialistes balaient ces arguments. «Le lien complexe entre dépendance et plaisir est loin d’être aussi simpliste», réagit Jean-Félix Savary, secrétaire général du Grea, Groupement romand d’études des addictions. L’interdiction représenterait la fausse bonne idée par excellence. «En termes de santé publique, ce n’est pas sérieux et c’est méconnaître les mécanismes de l’addiction: la réalité, c’est que les fumeurs trouveraient leurs cigarettes d’une manière ou d’une autre», explique Jean-Charles Rielle, médecin responsable du CIPRET, Centre d’information pour la prévention du tabagisme, à Genève. «Tout notre travail, pragmatique, est au contraire fondé sur la réduction des risques: prévention, diminution de l’attrait du produit ou de son accessibilité pour les jeunes, travail sur le coût du paquet, etc.» «Interdire la cigarette serait comme annuler 20  ans d’un travail sur la réglementation du marché. Qui a porté ses fruits: la consommation baisse», enchaîne Jean-Félix Savary. «Avec une prohibition, il n’y aurait plus aucun contrôle sur les prix et on risquerait de trouver vendues sous le manteau des cigarettes plus nocives encore. Ce serait une hérésie!»

http://www.centresstop.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.